jeudi 13 juillet 2017

À propos d'Iskibi et un peu plus...

Le temps passe, le voyage se construit jour après jour 🙂🗺🏞

Depuis que nous écrivons ce blog, j'ai souvent eu envie de faire un petit article sur notre maison roulante sans prendre le temps de le faire. Je profite donc de la météo peu clémente depuis hier à östersund, en Suède, pour écrire quelques lignes sur Iskibi.

C'est un petit camping-car que j'ai acheté l'an dernier, au printemps, à un pacéen qui vit a quelques rues de chez nous. Par hasard, il fait partie d'ABM Rennes, comme nous, ce qui a donné un ton sympa à l'acquisition.
C'est un Rapido 710, dit " Le Randonneur". Il est monté sur un porteur Renault Trafic  et il a vu le jour en 1991. Il n'a donc pas de direction assistée et un moteur 100% mécanique de 2,5l diesel atmosphérique.
Je suis le 3eme heureux propriétaire de ce bijou d'ancienneté.😀🚜


Il est très fiable car pour l'instant nous n'avons pas de signes de défaillance. J'ai juste eu besoin de refaire des joints silicone autour de 2 fenêtres car les jours de grandes eaux nous avions des infiltrations.

Avant de partir pour cette aventure, on lui a monté 4 pneus Continental neufs et changé la courroie de distribution.
On est à 6500km de road trip pour le moment et il consomme peu d'huile, je n'ai remis que 2 litres en tout. Il a aujourd'hui, 225280km au compteur.


Nous avions envie d'une grenouille pour le personnaliser et c'est mon père qui s'en est chargé lors de notre étape normande. C'est après coup que ce sympathique animal m'est apparu comme un symbole de la France pour les étrangers.

Et maintenant quelques photos pour faire une visite intérieure de notre mini maison.

La porte latérale


À gauche en entrant, la petite cuisine.

Un petit frigo congélateur et une plaque 2 feux


Dans le fond, les coffres. 1 pour les enfants et 1 pour chacun des parents. Le quatrième est pour les livres, les cahiers d'école, les jeux...

Un petit chauffage Truma, au gaz

Avec au dessus un grand placard. Il nous sert de réserve alimentaire et de rangement de presque tout, manteaux, câbles électriques, draps etc...


Partie avant avec le volet occultant principal, on en a pour chaque vitre.

Au dessus de la cabine de pilotage, un grand coffre où l'on range les volets occultants, les duvets, les oreillers, les serviettes et draps de rechange, une chaise de camping et d'autres trucs...

La micro salle de bain, lavabo, douchette, et toilettes. Et toujours ma canne à pêche à dispo😉
Le soir, les enfants dorment dans des lits superposés amovibles

         


Et dans le fond du camion, la zone de salle à manger

Qui sert de zone de repas, d'atelier d'arts graphiques et d'écriture, de salle de classe, de table de jeux...

Et le soir venu c'est le lit parental



Nous avons dépassé nos 70 jours de road trip. Nous nous sommes habitué à vivre dans très petit. Même si les jours de pluie nous nous sentons plus à l'étroit.

Je pense régulièrement à mes grands parents qui ont tant aimé faire du camping-car.
J'aurais aimé parler de mon voyage avec mon grand père qui s'en est allé, l'automne dernier, vers d'autres horizons mais sans son camion...
On apprend à se contenter de peu :  par exemple 4 assiettes un peu abîmées, 4 couverts qui deviennent important car on a que ça. On réapprend que l'essentiel est surtout d'être et non d'avoir. C'est une belle école pour se réapproprier le temps présent et éviter d'osciller entre futur et passé, entre projection et regret.

Cette vie de liberté que  j'expérimente a une saveur extraordinaire. Aussi parce que je lui sait une fin, à la fin du tour d'Europe.
Mais le voyage va continuer, intérieurement. Je lui dois déjà d'avoir fait éclater des préjugés, d'avoir gagné en courage, d'avoir pris le temps, tout simplement, plutôt que d'essayer d'en trouver. 
J'adore vivre le camping sauvage tant il est vrai qu'en France aujourd'hui il est interdit. En Scandinavie l'accent est mis sur la responsabilité de chacun face aux espaces naturels et à leur protection, et cela marche très bien.

J'ai déjà réalisé des rêves, comme de pêcher ces coins fabuleux de Scandinavie qui me paraissaient inatteignables enfant...
J'adore emmener mes garçons explorer un coin de nature, chercher un coin de pêche et pêcher. Leur expliquer les relations fragiles des écosystèmes et la magie qu'il y a à l'observer sans chercher à intervenir, et parfois, prélever un poisson ou deux pour le repas, avec respect, en leur apprenant que l'essentiel est là, dans la conscience de ce que l'on fait. Et en tant que papa, j'adore par dessus tout voir leurs yeux qui brillent, entendre leur enthousiasme et les écouter retranscrire avec leurs mots ce qu'ils apprennent dans cette école de la vie.







Au plaisir de revoir chacun d'entre vous,

Pierre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire